Les travaux archéologiques et les recherches historiques sur l’Abbaye de Fontcaude ont permis de retrouver des rites et des symboles du moyen-âge.

Les armoiries de l’Abbaye de Fontcaude

Le blason de l’Abbaye de Fontcaude décrit en langage héraldique de la manière suivante :

“Parti de gueules et d’azur, à la face d’hermine contre bretessée brochant, et accompagnée d’une coquille d’or sur le gueules et d’une étoile de même sur l’azur, une fontaine monumentale d’or brochant sur la pointe. Timbré de la crosse abbatiale d’or posée en pal”

La pierrerie de Fontcaude

Le 27 août 1352, les livres et les ornements de l’église et du monastère furent inventoriés. A la fin de cet inventaire figurait une pièce particulièrement originale : “un autre anneau avec une bande en laiton contenant une pierre précieuse sur laquelle est gravée une image et de couleur rouge, ayant la propriété de préserver de l’ivresse celui qui la porte, même s’il vient à boire exagérément du vin (et vinum immoderate potentes sive libentes… Et predictum vinum non nocere poterit…)”.

La Fontaine d’Or de Fontcaude

De nos jours, l’Association des Amis de Fontcaude se donne pour mission de perpétuer la tradition et l’esprit des lieux.

La “Fontaine d’Or” remise aux hôtes de marque et à ceux qui ont aidé l’abbaye à un titre éminent, symbolise la source de Fontcaude auprès de laquelle vinrent s’établir les fondateurs du monastère en 1154. Avec son eau, on procède à l’ablution des mains, selon l’usage hospitalier des abbayes.

Le rite se complète par l’offrande du baril de vin comme aux pèlerins de jadis, et l’imposition sur le front de la pierrerie rouge telle que celle de l’ancien trésor, en souhaitant qu’elle révèle les mêmes propriétés… !

La Fontaine d’Or est représentée par un pendentif de bronze qui reproduit la fontaine héraldique figurant sur les armoiries de l’abbaye. Elle est portée par les récipiendaires, suspendue à une cravate mi-partie rouge et bleu, couleurs de l’abbaye.

Le tonnelet de Fontcaude

L’absidiole nord de l’église abbatiale est dédiée à saint Laurent. Le culte de ce saint était particulièrement développé à Fontcaude. Le grand martyr venu de Huesca, en Espagne, pour devenir le diacre du pape Sixte II, avait subi le 10 août 258 le fameux supplice du gril. Sa popularité à Rome et dans toute la Chrétienté était immense.

La dévotion à saint Laurent fut introduite à Fontcaude par l’abbé Bernard (1180). Celui-ci venait de l’abbaye de Combelongue (09420 Rimont) dédiée au célèbre martyr.

L’abbaye possédait une relique insigne de saint Laurent : sa mâchoire inférieure. Cette relique échappa à l’incendie de 1577, et était particulièrement vénérée par les populations des environs. Des guérisons lui étaient attribuées.

On sait d’autre part, que les saints diacres (Laurent, Etienne, Vincent) ont toujours été invoqués comme protecteurs des vignerons, en raison sans doute de leur fonction pendant la messe, au cours de laquelle le diacre offrait en même temps que le prêtre le calice contenant le vin, figure du sang du Christ.

C’est l’abbé Bernard lui-même qui fit construire l’absidiole nord de l’église en l’honneur de saint Laurent. Sans doute y est-il inhumé. Or, l’abbé Bernard fit en sorte que l’un des corbeaux qui soutiennent la corniche extérieure de la chapelle représente un petit baril que l’on voit toujours parfaitement.

Ce baril évoque donc ce saint protecteur de la viticulture, mais également il signifie l’accueil que l’abbaye offrait aux pèlerins de Saint-Jacques s’arrêtant à Fontcaude, et que l’on réconfortait en leur offrant un peu de vin pour les aider à poursuivre leur route. L’un des plus célèbres chapiteaux du cloître, aujourd’hui conservé dans le musée, représente les pèlerins agenouillés au pied de l’apôtre, et arborant le fameux baril accroché à leur ceinture.

Voir aussi : la Fraternité Jacquaire de Septimanie