L’association s’est donnée pour mission de partager l’atmosphère d’une église de chanoines du Moyen-Age à titre pédagogique et culturel. Les décors et les explications des célébrations traditionnelles du calendrier quotidien de Fontcaude en font un véritable musée vivant d’art sacré chrétien médiéval.

Concert de musique classique pendant la Grande Fête de Saint-Jacques, les 25 juillet

Dans cette église qui avait été transformée en grange et en dépôt de matériel agricole, une maison d’habitation avait même été construite dans le transept nord. La patiente restitution du volume des lieux put se réaliser après leur achat négocié avec les deux propriétaires des deux moitiés de l’église.

Depuis lors, l’association des Amis de Fontcaude a pris le parti de redonner à cette église l’atmosphère la plus ressemblante possible d’une collégiale de chanoines telle qu’elle pouvait exister au Moyen-Age. Pour ce faire, on s’est appuyé sur les éléments livrés par les archives de l’abbaye déposées aux Archives départementales de l’Hérault, et en particulier, de l’inventaire rédigé le 27 août 1352 dont la lecture permet de se faire une idée assez précise de l’aménagement intérieur de l’église au milieu du XIVème siècle. De même s’est-on inspiré des anciens ordinaires de Narbonne et de l’ordre de Prémontré.

Ainsi, le visiteur peut-il, à n’importe quel moment de l’année, découvrir l’église telle qu’elle pouvait être décorée en fonction des fêtes et des temps liturgiques (Carême, Temps de Pâques, fêtes du sanctoral…).

Un tableau placé à l’entrée de l’église indique le calendrier quotidien de Fontcaude tel qu’au Moyen-Age, et donne les explications sur le thème des célébrations traditionnelles de l’année, le saint du jour, et le décor reconstitué selon chaque fête.

Cette disposition a été prise à titre pédagogique et culturel. Ainsi, les visiteurs ou les groupes étudiants et autres peuvent trouver des indications sur toute une culture liturgique aujourd’hui plus ou moins oubliée, et qui fait partie de la civilisation européenne qu’il convient de ne pas ignorer si l’on veut interpréter tout un aspect de notre histoire de l’art et de nos coutumes. Des conférences ont lieu sur ce thème de temps à autre, ou sur demande des enseignants au profit de leurs élèves